mardi 10 juillet 2018

Article sur l’organisation de notre vie à bord







Depuis notre départ le 23 juin du Crouesty, je n’avais pas l’envie d’écrire ou de filmer, juste d’évoquer des motivations lointaines.

La fatigue est passée et j'ai trouvé cette osmose entre le marin, le bateau et les éléments.

Dans les calmes avant les Canaries, j'ai passé beaucoup de temps à mettre au point mon régulateur d'allure. 

Par ailleurs, cette descente dans le grand Sud passe par un parcours déjà fait 3 fois, dans le cadre de missions solidaires pour Voiles Sans Frontières jusqu'au Sénégal, j’ai l’impression de revivre du déjà vu.

Le vent a été faible les premiers jours puis il est bien établi  depuis la traversée des Canaries, les vagues de travers chahutent  Alizés II, cela permet de revoir les choses mal fixées,
Hier soir une vague plus forte que la moyenne nous a couché un peu trop, Navy sur l’escalier de descente a tenté de sauter, il a atterri sur mon pied en y laissant une bonne trace de griffe, une équipée mal fermée a favorisé la projection de purée en poudre, de vermicelles, de  diverses choses  et  j’avais les pieds recouvert de tout ce capharnaüm mélangé au sang de la griffure du chat.

Bien entendu un gros nettoyage s’en est suivi.

Pour l’instant, la grand voile n’est pas opérationnelle à cause de coulisseaux cassés, je les changerai dans des conditions plus calmes et nous sommes sous génois, voile d’avant, réduite au-delà de 18 nds de vent.

Même si les vagues perturbent notre vie à bord, je suis heureux d’observer Alizés II filer en ce moment à une vitesse moyenne de 6 nds et nous arrivons à faire des journées de 150 mn soit 280 km.   

Nous nous dirigeons vers la partie ouest du Cap Vert en évitant un passage entre les îles, en effet, nous l’avons encore vécu aux Canaries, on se retrouve avec un phénomène de venturi, vent de plus de 35 nds puis un manque de vent en se retrouvant sous l’une des îles.

Nous sommes maintenant en mode navigation avec Navy, chacun a ses petites habitudes, Monsieur le chat a monopolisé son territoire, tout le carré(pièce principale du bateau) si trouve la tanière de l’arbre à chat, refuge quand ça remue de trop, un choix de banquettes en fonction de la  gîte, de l’ombre ou du soleil, bénéficiant d’un filet de protection et une la table au milieu de son univers lui permettant de se restaurer à sa guise.

Le soir, il aime se réfugier sous la capote, observer les éléments comme son maître. 
Et que reste -il au skipper? Sa table à carte, endroit ou je vous écris avec tous les instruments de navigation et de communication, le dessus du frigo me servant de table et je mange debout la plupart du temps, mon dortoir dans la cabine arrière gauche (babord) lit de 90 cm de large entouré de casiers et caisses de matériel et outillage sans oublier le compacteur de déchets.

Ce cher Navy particulièrement choyé partage mon lit très souvent lors de mes courts sommeils, donc pour certaines personnes inquiètes des conditions de vie avant son  départ, il n’a pas  vraiment à se plaindre même si le voyage est imposé.

Petite anecdote avec la boule de poils, il y a 3 jours, je bricolais dans un coffre arrière mon régulateur d’allure et soudain plus de chat dans le champ de vision.

Aucune réponse à mes appels, j’ai cru qu’il avait fait une chute dans l’eau, j’ai fait demi tour sur 3 kilomètre et j’ai aperçu mon cher compagnon sortir du coffre ou je travaillais, je ne  l’avait pas vu y descendre.
C’est une attention de tous les instants, il paraît prudent et ne s’aventure pas sur le pont mais il suffit qu’un insecte se manifeste, qu’un oiseau nous survole et là, la sécurité n’est plus de mise et il ne contrôle rien avec ses instincts de chasseur.

Nous filons sous le vent, Alizés II glisse avec enchantement, la vie est belle hormis d’avoir laissé nos proches pendant de longs mois.

N’oubliez pas que le meilleur témoignage à me faire sont vos dons pour la Ligue contre le cancer via mon blog: 
https://francislongueroute2018.blogspot.fr,


A très bientôt

Francis et Navy  

2 commentaires:

  1. Coucou bonjour, je vois que vous allez bien ,je me demandais si tu ferais demi-tour si tu perdais ton chat. J'ai la réponse maintenant. Soyez prudents. Biz.
    M-f

    RépondreSupprimer
  2. Coucou bonjour, je vois que vous allez bien ,je me demandais si tu ferais demi-tour si tu perdais ton chat. J'ai la réponse maintenant. Soyez prudents. Biz.
    M-f

    RépondreSupprimer