vendredi 20 juillet 2018

Retour en mer après escale technique au Cap Vert


Le 19 juillet 2018


Bonjour à toutes et à tous,

Le 17/07 fût le départ de Mindélo suite aux anomalies techniques, la déception et la colère sont passées et l’enrouleur de génois est réparé.

C’était un départ très venté, de 25 à 35 nœuds, avec Fanch, nous guettons  la baisse de vent pour défaire les amarres, finalement  un petit bateau de la marina nous a aider à faire les manœuvres de sortie.

Entre les îles, le vent a encore monté et les vagues étaient de la partie, comble de malchance, une écoute de génois se détache et la voile est emmêlée avec la drisse de spi à l’avant.

J’arrive dans la tourmente à démêler le génois mais la drisse du spi était coincée en haut du mât.

Après une heure de calme relatif, je décide de monter au mât, chose que je n’avais jamais fait en pleine mer, Alizés II gîtait, arrivé en haut du mât l’effet de balancier représentait probablement 4 m.

Je m’agrippais de toutes mes forces même si les échelons sont très utiles en pareil cas, j’ai pris une multitudes de coups et je me suis ouvert un orteil.

Je pensais en avoir terminé et bien non, obligé de remonter à mi-hauteur pour retirer la drisse de spi dans les haubans.

Le dur combat a duré 2 heures pour tout remettre en ordre, j’ai filé plein sud sans le faire exprès et Fanch partant ouest s‘est retrouvé dans la pétole étant sous le vent d’une des îles.

Je me suis pris un bon mal de mer à faire le yo-yo en haut du gréement et difficile de se nourrir dans pareil cas. 

Au moment où je vous écris, certaines douleurs sont présentes et je commence à récupérer de ces  violents efforts.

Ce matin comme le montre la vidéo, j’étais sous spi avec une mer calme, le vent était de 9 n et nous avancions à entre 6 et 7 n.

Un vrai délice de voir glisser Alizés II sans bruit, juste son passage dans l’eau qui vient caresser l’étrave.

C’est un moment de bonheur à apprécier, à méditer et  observer les multitudes de poissons volants fuyant la masse d’Alizés II et leurs prédateurs naturels.

Nous trouvons tous les matins plusieurs de ces petits poissons volants échoués sur le bateau, le Navy ne les aime pas et il n’apprécie même pas les dorades coryphènes.

J’ai souvent 2 lignes de traîne et la pêche se résume pour l’instant à des dorades coryphènes  de 3 à 4 kg, en dégustation crue, en sashimi avec soja c’est excellent.

Tout va bien à bord, j’étudie de près la météo jusqu’au Pot-au-Noir afin de le négocier au mieux, c’est une zone de convergence entre hémisphère Nord et Sud, il y a peu de vent, des orages  et nous pouvons y rester plusieurs jours.

Par ailleurs, il faut aussi anticiper l’anticyclone de St Hélène, c’est pour cela qu’avec mon ami Fanch nous préférons nous rapprocher du Brésil.

A très bientôt pour de nouvelles aventures

Francis et Navy   

4 commentaires:

  1. Coucou ,merci pour ce beau récit de voyage ,nous avons l'impression de lire un livre et sommes impatients d' avoir la suite ,et en l'attendant nous te suivons avec la géolocalisation tout en imaginant des paysages merveilleux. J'espère que tout va bien pour toi et Navy ,nous sur terre il fait très très chaud ,on cherche les plans d'eau pour se baigner, à bientôt bonne continuation. Biz M-f

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Coucou ,merci pour ce beau récit de voyage ,nous avons l'impression de lire un livre et sommes impatients d' avoir la suite ,et en l'attendant nous te suivons avec la géolocalisation tout en imaginant des paysages merveilleux. J'espère que tout va bien pour toi et Navy ,nous sur terre il fait très très chaud ,on cherche les plans d'eau pour se baigner, à bientôt bonne continuation. Biz M-f

    RépondreSupprimer